Publié par : Khun Didi | 4 avril 2012

L’obsession de la blancheur

Lorsque je rentre de mes séjours en Thaïlande, on me demande régulièrement pourquoi je ne suis pas bronzé. Jusqu’à mettre en doute la réalité de mon voyage ! Car pour certains, ne pas rentrer bronzé d’un périple prolongé dans des contrées tropicales est pour le moins suspect. Qu’est-ce qu’il a fait, alors ? Je réponds, mangé, bu, visité, admiré, rencontré, etc… Bref, je dois presque me justifier. Pardon ? Bon, c’est vrai et je vous l’accorde, j’exagère un peu. En fait, c’était juste pour introduire la question du bronzage qui n’est pas si anodine que ça. Elle est même devenue prépondérante par ses dimensions sociale et culturelle.

Dans notre monde occidental, une peau dorée est synonyme de beauté, de bonne santé, de richesse et de réussite. Au point qu’il est de bon ton dans certains milieux d’être bronzé à l’année. Et comme il est difficile pour la plupart de se pavaner en permanence sous les tropiques, il a fallu trouver d’autres moyens. D’où la prolifération des crèmes autobronzantes et des solariums abritant des cabines à rayonnements ultraviolets, les fameux UV qui ne sont pas sans danger.

Que voilà un bien joli hâle mais…

… attention aux excès!

Alors, lorsque le farang au visage pâle, fatigué de son vol, arrive en Thaïlande, il s’empresse d’aller s’exposer au soleil. Et il lui faut souvent acheter sur place une crème protectrice. Mais, ironie du sort, et bien souvent il l’ignore, dans ce pays les crèmes pour la peau possèdent pratiquement toutes des agents blanchissants. Quel qu’en soit leur usage ! Quoi ? La crème solaire contient des agents blanchissants ? Oui, car en Thaïlande, à l’inverse de l’occident, c’est une peau claire qui est synonyme de beauté, de richesse et de réussite.

 

Les thaïlandais, surtout les femmes, ont bien compris que l’excès d’exposition au soleil n’est pas bon pour la peau. C’est pourquoi ils se protègent beaucoup plus que chez nous d’autant que du soleil ils en ont, et ô combien, quasiment toute l’année. Dans la rue, les femmes s’abritent souvent sous une ombrelle, voire avec un journal ou un magazine. Lorsque je les voyais se baigner au bord de la mer ou dans les piscines tout habillées, je ne comprenais pas. Maintenant, oui. A cela s’ajoute une autre raison au moins aussi importante sinon plus. Avoir la peau foncée en Thaïlande signifie travailler dans les champs ou sur les chantiers et donc être au bas de l’échelle sociale. Quand on connaît l’importance que les thaïlandais attachent au statut et aux apparences, on comprend mieux. La couleur de la peau est un marqueur social qui présente en outre « l’avantage » d’être visible immédiatement.

 

Publicité pour une crème blanchissante par une célèbre « Luk Kreung »

C’est pourquoi les enfants issus de couples mixtes, femme thaï et homme farang, les « luk kreung », sont très appréciés en Thaïlande. Ils ont beaucoup de succès, ils sont souvent acteurs, chanteurs ou animateurs à la télévision et sont un modèle pour les jeunes. Ils ont la peau naturellement claire et interviennent dans les nombreuses publicités pour produits cosmétiques. Les plus grandes marques internationales, Olay, L’Oréal, Nivéa et autres ont créé des lignes de produits blanchissants spécifiques pour l’Asie du Sud-est. Le blanchiment de la peau est une obsession telle qu’une marque a même osé pour slogan la question « White or wrong ? ». Sous-entendu, si vous n’êtes pas blanc, vous avez tout faux !

 

Sans commentaire!

Dans un magazine destiné aux expatriés en Thaïlande, une femme demandait désespérément où elle pouvait se procurer des produits de beauté sans agents blanchissants car, disait-elle, « je suis blanche et ne souhaite pas devenir plus blanche que blanche ! ». Ce qui me rappelait l’histoire de Coluche et de la lessive qui lavait plus blanc que blanc.

Des agents blanchissants aussi dans les produits pour homme

Plus sérieusement, de même que chez nous les dermatologues constatent une progression des affections de la peau allant jusqu’au mélanome et autres cancers par excès de soleil, de même leurs homologues thaïlandais reçoivent de nombreuses jeunes femmes qui ont massacré leur épiderme avec des produits de blanchiment dont certains ingrédients sont dangereux et illégaux. Quel gâchis ! Elles sont si belles ces thaïlandaises avec leur peau naturellement dorée !

 Khun Didi

About these ads

Responses

  1. Après la chronique de l’agent blanchissant, il va falloir que tu nous fasses celui de la ‘refonte du nez »,du silicone dans la pommette et j’en passe…En tous cas ,bel article et tellement vrai…Columbo répétait souvent a sa femme des recettes de spaghettis improbables, moi je dis et j’ai toujours dis a ma femme de ne rien changer a la silhouette ou l’apparence de ce que l’on est, surtout que la couleur or voir noire ébène est très jolie…
    jeff de la rizière en phase hexagonale momentanée…

    • On est tout à fait d’accord, Jeff! Merci pour ton message et bon séjour dans l’hexagone! Tu es rentré pour faire la campagne électorale? :)

      • Allez, je me présenterai en 2017, mais à Ban Pangkhan, il y fait plus chaud et c’est largement plus Sanouk que par ici…À bientôt !
        Jeff

  2. Article intéressant qui confirme qu’on en revient donc toujours à l’apparence, bronzé ou pas et quel que soit le continent…

    • Oui, aujourd’hui, pour beaucoup, le paraître est plus important que l’être. Au-delà de la couleur de la peau, il suffit de voir aussi le recours croissant à la chirurgie esthétique. Je t’enlève un bout ici, je t’en mets un autre là, etc… Finalement, nombreux sont ceux qui ne s’acceptent pas comme ils sont. Toutes ces altérations du corps reflètent aussi peut-être un manque de confiance en soi. Ce qui bien sûr entraîne tous les excès et toutes les dérives que l’on connaît! Et la beauté intérieure alors? :)

  3. Bonjour Didier,
    une des dérives liées à ce culte de l’apparence est aussi la tendance à s’habiller presque « chaudement » sur BKK, quelle que soit la saison, juste pour montrer publiquement qu’on bosse dans un bureau climatisé à outrance… donc qu’on a fait des études… donc qu’on ne fait pas partie des nécessiteux… Il n’y a qu’à regarder ces « Bangkok dolls » à la pause à l’extérieur, avec leurs collants, voire un gilet… pour constater le ridicule de la situation… Le culte de la peau blanche n’est pas au demeurant l’apanage des seuls Thaïlandais… On le retrouve dans d’autres endroits, notamment dans notre outre-mer français, en particulier aux Antilles… L’avantage de cette situation pour nous autres farangs c’est qu’en on débarquant de l’avion cela nous dispense d’être complexé par la blancheur de nos « guitares » quand on enfile un bermuda ou qu’on part faire un jogging…

    • Bonjour Jean-Luc, tout à fait juste! J’ai effectivement rencontré quelques spécimens intéressants des « Bangkok dolls », comme tu les appelles, notamment au Siam Paragon. Certaines peuvent être très sophistiquées!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 43 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :