Publié par : Khun Didi | 19 mai 2011

Le phénomène « Ladyboy »

Nombreux sont les occidentaux en goguette à Pattaya et autres endroits chauds de la Thaïlande à s’être fait piéger. Si tous ne s’en vantent pas, les récits de ceux qui témoignent sur les forums du net sont particulièrement éloquents et pimentés. A peine débarqués, ils se mettent en chasse et sont vite abordés par des filles très jolies, très féminines, élancées et bien fournies. Seul petit hic, ces aguicheuses ne sont pas vraiment des femmes mais des garçons qui sont passés par quelques transformations. Et lorsque la révélation est tardive, la situation devient franchement embarrassante ! D’autant que comme le rappelle Stick, le fameux bloggeur néo-zélandais, certains peuvent être très agressifs. On les appelle des « Ladyboys », « Katoeys » en thaïlandais ou encore transsexuels en bon français.

 

Avec l’aimable autorisation de Stick à www.stickmanweekly.com 

C’est une spécialité locale ! Les habitués le savent et se tiennent sur leurs gardes, exceptés les adeptes du troisième sexe qui au contraire recherchent leur compagnie. « Lorsque tu rencontres une belle femme, méfie toi, c’est sans doute un homme. » En Thaïlande, cette boutade est très répandue tant il est vrai que les plus belles femmes sont des « ladyboys ». C’est à la fois saisissant et troublant ! Il existe même des concours de beauté spécifiques dont le plus couru réalise une très forte audience sur une grande chaîne nationale. Là encore, tolérance oblige, la plupart des thaïlandais ne sont absolument pas choqués. Au contraire, ils trouvent le spectacle amusant. Le fait que le bouddhisme thaïlandais reconnaisse quatre genres différents (mâle, femelle, double nature et nature sexuelle non usuelle) encourage peut-être aussi cette attitude !

 

Au point que des chirurgiens thaïlandais se sont spécialisés dans les opérations de changement de sexe et attirent un nombre croissant de candidats du monde entier. Il semble cependant que la plupart des « katoeys » n’aillent pas jusqu’au stade ultime, l’ablation du sexe, et se satisfont de traitements hormonaux. Les statistiques à ce sujet sont très vagues. On parle de 10.000 à 100.000 transsexuels accomplis en Thaïlande, c’est dire le degré d’imprécision ! On pense aussi qu’ils sont plus nombreux car la société étant permissive et tolérante, la discrimination y est moindre et ils sont donc plus visibles qu’ailleurs. A défaut d’être reconnaissables !

 Annonce parue dans le « Bangkok Post », grand quotidien thaïlandais

 Car il est souvent difficile, surtout pour un homme, de les distinguer. Outre des prédispositions pour le genre féminin, les candidats possèdent des traits fins, sont souvent imberbes et entament très tôt leur transformation, parfois dès l’âge de 12 ans ! La taille, les pieds, la carrure ou encore la mâchoire peuvent fournir quelques indications. La pomme d’Adam ? Même pas car une petite incision suffit au chirurgien pour la « raboter ». Etonnamment, le critère de détection le plus fiable est souvent à chercher ailleurs, dans une sorte d’exubérance du comportement qui se traduit par des gestes féminins excessifs. Bref, une propension à en faire un peu trop !

 Une caractéristique que l’on retrouve surtout chez ceux qui ont choisi de se prostituer. Ce qui, contrairement à une idée reçue, n’est pas le cas de tous les « katoeys ». Nombre d’entre eux sont parfaitement insérés et intégrés dans la vie sociale thaïlandaise, poursuivent des études et exercent des professions tout à fait honorables. La plupart s’orientent sans surprise vers des jobs de nature plutôt féminine. Ainsi, la nouvelle compagnie aérienne PC Air vient-elle d’engager quatre « hôtesses » transgenre. Et comme le dit Peter Chan, patron de cette compagnie : « Je défie quiconque de s’apercevoir que ce ne sont pas de vraies femmes ! » Au vu de la photo ci-dessous, on le croit volontiers.

 Thanyarat Jiraphatpakorn, une des nouvelles « hôtesses » de PC Air

Seule ombre au tableau pour les katoeys, dans ce pays où les hôpitaux font ouvertement de la publicité pour les opérations de changement de sexe, l’état civil n’a pas encore suivi. Contrairement à la plupart des pays occidentaux, cette transformation est acceptée socialement mais pas juridiquement. Ce qui ne manque pas de perturber les fonctionnaires des services d’immigration dans nos aéroports occidentaux lorsqu’une « femme » se présente à eux munie d’un passeport la qualifiant de sexe masculin. Un petit entretien à l’abri des regards suffit généralement à lever le doute !

 Khun Didi

Publicités

Responses

  1. Les gens en general sont de nature jaloux
    Personnellement je n’ai rien contre si, un element masculin doté d’elements feminim subisse une transformatiion pour son mieux-etre
    Si le monde essayait pour une fois, d’apprecier la valeur du resultat obtenu..la vie serait de beaucoup plus belle voire interessante.

  2. la tolérance est le maitre mot mais il y a toujours le revers de la médaille…Dans mon bled, les kathoeys sont en nombres incroyables, ils sont de plus en plus nombreux d;années en années, la plupart vont « bosser »a Pattaya ou Patong…par contre, ce qui a change est la course effrénée a l’opération qui coute tout de même très cher( surtout la totale), alors le kathoey se retrouve a monter arnaques et agressions en tous genres pour se payer la clinique! En plus lorsqu’ils vieillissent ils terminent en général très mal leur vie…Le taux de suicide est de très élevé. par chez moi, ils vivent en communauté et font des petits boulots ‘normaux » et finissent tranquillement leur jour pour ceux qui y arrivent!
    Jeff

    • Merci Jeff pour cet éclairage sur les kathoeys vieillissants. Pathétique, très certainement! J’avoue que cet aspect ne m’avait pas effleuré lorsque j’ai écrit ce billet. Comme quoi, nous sommes tous (ou presque) conditionnés par les reportages qui ne s’intéressent qu’aux côtés paillettes et néons des kathoeys. Tout simplement parce qu’ils ne vont pas dans la Thaïlande profonde. C’est plus ennuyeux que Patong ou Pattaya, et moins vendeur!

      • Bonjour,
        J;ai connu de nombreux kathoeys en fin de vie, pas seulement parce qu’ils étaient vieux mais aussi parce qu’ils étaient malades (SIDA), et je dirais aujourd’hui que ce sont de belles personnes, avec de la dignité et de l’a propos! J’ai toujours aimé les personnes qui étaient vrais ! J’arrête le discours, je pourrai en dire et en dire mais…Vive la liberté !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :