Publié par : Khun Didi | 14 septembre 2011

Quand Paris se la joue Bangkok!

Symbole de la rue thaïlandaise, le tuk-tuk (prononcer touk-touk) trouverait selon certains son origine au Japon et serait seulement apparu en Thaïlande à la fin des années 50. D’autres affirment que son ancêtre date de 1933 et aurait été conçu dans la province thaïlandaise de Nakhon Ratchasima par un commerçant chinois. Il lui vint l’idée de greffer une bicyclette sur un rickshaw traditionnel. Laquelle bicyclette fut par la suite remplacée par un scooter et finalement un carénage compléta le tout pour donner le tuk-tuk d’aujourd’hui. Même incertitude au sujet de l’origine de son nom. D’aucuns prétendent qu’on l’aurait appelé tuk-tuk à cause du bruit caractéristique de son moteur 2 temps. Autre version, tuk-tuk serait dérivé d’un mot thaïlandais signifiant « bon marché » comme il l’était à ses débuts. Ce qui n’est certes plus le cas aujourd’hui. Mes amis thaïlandais penchent pour la première version. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que ce petit véhicule emblématique est omniprésent en Thaïlande.

Reconnaissables à leur silhouette particulière et à leurs accélérations aussi polluantes que pétaradantes, ils se faufilent par milliers jusque dans les plus petits soï (ruelles) de Bangkok. On n’y prête même plus attention tant ils font partie du paysage. En revanche, des tuk-tuk empruntant les artères parisiennes, qui l’eût cru ? Eh bien, c’est devenu une réalité ! Apparus très discrètement il y a quelques années, ils sont en passe de conquérir le bitume parisien. Si on les compte seulement par dizaines pour l’instant, ce ne sont pas moins de 5 entreprises différentes et quelques particuliers qui proposent leurs services aux parisiens. Ou plutôt aux touristes, cible principale de ces taxis d’un genre nouveau.

C’est pourquoi on les rencontre aux abords de la Tour Eiffel, du Louvre ou de Notre-Dame plutôt qu’à Montreuil ou à Pantin. Si les touristes semblent apprécier ce mode de transport quelque peu exotique, les tuk-tuk ne font pas l’unanimité et se heurtent à quelques obstacles. Les écologistes aimeraient que ces véhicules fonctionnant au diesel soient remplacés par des modèles électriques. Leur prix est malheureusement encore prohibitif.

Photo Hanif Cab

Mais l’opposant le plus acharné, c’est la corporation des taxis parisiens. Puissant lobby qui a déjà fait plier plus d’un gouvernement, ils n’apprécient pas du tout cette concurrence qu’ils jugent déloyale. Mais font-ils le même job ? D’après les textes de loi, les tuk-tuk assimilés à des moto-taxis ne peuvent travailler que sur commande. En d’autres termes, ils ne sont pas autorisés à faire halte aux stations de taxis ni à prendre en charge sur la voie publique. Sévères limitations qui, semble-t-il, ne sont pas respectées par tous les chauffeurs, ce qui a pour effet de provoquer l’ire des taxis . Résultat, les tuk-tuk se retrouvent régulièrement dans le collimateur de la police.

En attente du client à Chiang Maï…

… et à Paris       (Photo tuktukparisiens.fr)

Et pourtant, même s’ils sont plus chers que les taxis traditionnels, à partir de 20 euros par personne selon la destination, ils rencontrent un réel succès. Ce qu’on peut comprendre aisément. Moins fougueux que leurs confrères thaïlandais, les chauffeurs prennent le temps de commenter les principales attractions de la capitale et font volontiers des haltes photo à la grande satisfaction de leurs passagers. « Amusant, original et insolite », tel est le slogan de « Hanif Cab », une des entreprises ayant choisi ce créneau.  Les touristes y adhèrent et trouvent ce moyen de locomotion fun et sympa pour visiter Paris.

Sourires et convivialité

Plus sympa, selon eux, que nombre de taxis traditionnels à qui il est souvent reproché d’être rivés sur leur siège, de dire à peine bonjour et d’imposer au client leur station de radio ringarde. D’après un sondage vieux d’un an, ô surprise, les taxis parisiens seraient les moins sympathiques au monde. Ce qui est quand même fort de café dans la capitale mondiale du tourisme. Même si, reconnaissons-le, conduire dans Paris toute la journée n’est pas une sinécure !

Manifestation de taxis parisiens (Photo Ecoville)

Alors espérons que tout ce petit monde va s’entendre et que les tuk-tuk vont pouvoir un jour circuler normalement dans Paris et ainsi donner à la ville lumière des petits airs de Thaïlande. Avec le sourire en prime :)!

Khun Didi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :