Publié par : Khun Didi | 7 février 2012

Koh Chang, l’île aux deux visages! (1)

Deuxième plus grande île de Thaïlande après Phuket, Koh Chang était encore il y a seulement 30 ans une sorte de jardin d’Eden essentiellement peuplé de pêcheurs menant une vie paisible en phase avec la nature. Oubliée de tous, elle ne possédait ni route ni liaison maritime avec le continent. Puis, petit à petit, des « backpackers » ont débarqué sur les plages, dormant sous les huttes des pêcheurs et fumant des joints sur la musique de Bob Marley. Dès lors, les choses se sont emballées. Au point qu’aujourd’hui une route côtière fait quasiment le tour de cette île montagneuse de 30 kilomètres sur 10 et plusieurs lignes de ferries déversent chaque jour leur flot continu de touristes.

On m’avait dit que Koh Chang était une des îles encore préservées. Je dirais oui et non. Et pour combien de temps encore? L’intérieur de l’île est intact pour une raison très simple, il s’agit d’une forêt vierge tropicale qui culmine à près de 800 mètres et donc difficilement accessible. En revanche, la côte ouest où sont situées les plus belles plages de sable blanc est couverte d’une centaine d’hôtels et de guest houses. Du bungalow spartiate et branlant au 5 étoiles, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses.

Du bungalow rustique au 5 étoiles

Résultat d’une croissance effrénée qui s’est encore accélérée à partir de 2004 lorsqu’à la suite du tsunami, les « tour operators » ont déserté Phuket et la côte ouest de la Thaïlande pour se rabattre sur Koh Chang. Et le rythme ne va pas ralentir car les russes viennent d’arriver massivement et représentent déjà, de même qu’à Phuket, la première nationalité parmi les visiteurs étrangers. Malheureusement, comme toujours, tourisme de masse rime avec médiocrité et nivellement par le bas.

 En arpentant la plage lors du jogging matinal, on peut apercevoir de véritables usines à touristes. La queue au buffet du petit déjeuner, la serviette qu’on se dépêche d’aller déposer sur un matelas, sens de la propriété oblige. Car leur bonheur n’est pas dans le partage mais dans la possession. Beaucoup passeront l’essentiel de leur séjour sur le dit matelas et rentreront chez eux bien bronzés, signe qu’ils sont vraiment partis en vacances, racontant au retour qu’ils ont « fait » la Thaïlande, comme ils avaient naguère « fait » l’Espagne ou la Tunisie.

Le soir, on rencontre tous ces braves gens, visages écarlates, déambulant sur l’unique route qui borde ces établissements à la recherche d’un endroit pour se sustenter. Et que voient-ils de la Thaïlande? Peu, à vrai dire! Pizzerias, burgers, sandwicheries se succèdent mais aussi, plus inattendu, des magasins d’optique ultra-modernes aux néons agressifs qui proposent lunettes dernier cri et verres correcteurs aux farangs pour une fraction des prix occidentaux. Et puis bien sûr les incontournables boutiques de gadgets, contrefaçons et autres souvenirs de pacotille. Le tout dans un brouhaha de sonos qui s’entremêlent! Enfin, absence révélatrice, nous n’avons pas croisé un seul moine en 5 jours passés à parcourir l’île, pas une seule robe orange à l’horizon!

Le trafic est dense sur cette unique voie qui descend jusqu’au sud de l’île. Il convient donc d’être prudent car la route est étroite, la pente parfois très raide et les virages serrés. Elle mène à Bang Bao, un intérressant village de pêcheurs fait de barraques sur pilotis où l’on déguste poissons et fruits de mer tout juste sortis de la mer. Seul bémol, pour y accéder, il faut se faufiler entre une longue haie de marchands du temple tout en évitant les motos des locaux qui ont décrété avoir la priorité sur les vulgaires piétons.

Au Nirvana resort, une piscine d’eau de mer et…

une piscine d’eau douce côté jungle

Les bonnes nouvelles, il faut aller les chercher sur la côte est et ce sera l’objet du prochain billet. Pour quand même terminer sur une note positive, une adresse soufflée par une farang résidant à Koh Chang. Il s’agit du « Nirvana resort ». Bien caché dans une petite presqu’île tout près de Bang Bao, il nous a vraiment séduit par sa quiétude, son architecture à la fois simple et de bon goût et la parfaite intégration de ses bungalows dans le paysage. A suivre…

Khun Didi

 

Publicités

Responses

  1. Oui Koh Chang est en pleine essor !
    Oui il y a des russes sur cette île mais fréquentables. Je me souviens en particulier d’un jeune couple de Saint-Pétersbourg avec qui j’ai discuté plus d’une fois.
    Oui on trouve à se loger, du modeste bungalow avec AC à partir de 350 Bahts, à l’hôtel 5 étoiles au bord de mer presque les pieds dans l’eau.
    Non il y a bien quelques moines vus tôt le matin pour l’aumône qui marchaient pieds nus. Mais je le conçois, ils sont rares sur l’île où il y aurait qu’un temple à ma connaissance à Klong-Phrao Beach.
    Non je n’ai pas bronzé idiot, je me suis fait là-bas comme nouveaux amis thaïs, un jeune couple de restaurateurs qui travaillent de 9 heures du matin à minuit. Avec une petite sieste dans l’après-midi quand le soleil tape fort.
    Non je n’ai pas encore fait le tour de l’île montagneuse en VTT. Je laisse cette idée aux cyclistes chevronnés voir professionnels…

    • En fait il y aurait, sous toutes réserves, 5 temples (dont un chinois) sur Koh Chang. Effectivement, hormis pour l’aumône du matin, les moines ne sortent quasiment pas.

  2. Je crois que l’on peut définitivement dire qu’il y a la Thaïlande du sud et la Thaïlande du nord mais malheureusement il n’y a pas d’accès à la mer au nord donc probablement moins de touristes…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :